Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats du GIS.N 1-juil.-20 11 h 20 GMT

Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats du GIS.N 1-juil.-20 11 h 20 GMT


Minneapolis 30 juil.2020 (Thomson StreetEvents) – Transcription modifiée de la conférence téléphonique ou de la présentation sur les résultats de General Mills Inc Mercredi 1er juillet 2020 à 11h20h00 GMT

General Mills, Inc. – Vice-président des RI

* Jeffrey L. Harmening

General Mills, Inc. – Président-directeur général

* Kofi A. Bruce

General Mills, Inc. – Directeur financier

Jeff Siemon, General Mills, Inc. – Vice-président des RI [1]

Bonjour. Merci de vous joindre à nous pour entendre nos remarques préparées sur les résultats du quatrième trimestre de l’exercice 2020 de General Mills. Plus tard ce matin, nous organiserons une séance de questions-réponses en direct distincte sur les résultats d’aujourd’hui, que vous pourrez entendre via une diffusion Web sur notre site Web des relations avec les investisseurs.

Dans un instant, je cède la parole à Jeff Harmening, notre président-directeur général; et Kofi Bruce, notre directeur financier. Mais avant de le faire, permettez-moi d’abord d’aborder quelques éléments. Sur notre site Web, vous trouverez notre communiqué de presse sur les résultats du quatrième trimestre qui a été publié plus tôt ce matin, ainsi qu’une copie de la présentation. Il est important de noter que nos remarques comprendront des déclarations prospectives basées sur les opinions et hypothèses actuelles de la direction, y compris des faits et des hypothèses, que Jeff et Kofi partageront concernant l’impact potentiel de la pandémie de COVID-19 sur nos résultats en matière fiscale. 21.

La deuxième diapositive de la présentation d’aujourd’hui énumère plusieurs facteurs, parmi lesquels l’impact de la pandémie qui pourrait faire en sorte que nos résultats futurs soient différents de nos estimations actuelles.

Et sur ce, je vous cède la parole à mes collègues, en commençant par Jeff.

Jeffrey L. Harmening, General Mills, Inc. – Président-directeur général [2]

Merci Jeff et bonjour à tous. Avant d’entrer dans nos résultats, j’aimerais prendre un moment pour aborder 2 sujets qui sont actuellement prioritaires pour beaucoup d’entre nous. Premièrement, je vais exprimer le ferme soutien de General Mills au mouvement inspirant pour la justice sociale et raciale qui a été tragiquement élevé par l’horrible meurtre de George Floyd ici dans notre ville natale de Minneapolis il y a un mois. Bien que le Minnesota soit un point focal, nous savons que ce n’est pas seulement le problème d’une communauté. Il ressort clairement de la mort de George Floyd et des nombreuses personnes qui l’ont précédée que l’injustice systémique et le racisme existent toujours dans notre pays et dans les sociétés du monde entier. Nous avons beaucoup de travail à faire pour amorcer la guérison afin d’aider nos communautés à se reconstruire, pour souligner que la vie des Noirs est importante et pour aider à conduire un changement durable pour la justice sociale et raciale.

Les événements du mois dernier renforcent l’importance de notre travail continu pour bâtir une culture d’appartenance à General Mills. Nos employés sont le véritable cœur de l’entreprise et nous nous efforçons de créer un environnement où tous les employés sentent qu’ils peuvent partager leurs perspectives et idées uniques et savent qu’ils seront traités avec respect. Cela commence par un engagement à favoriser des conversations courageuses et à prendre des mesures courageuses. Nous sommes unis contre les actes de racisme et nous nous engageons à apprendre humblement et à trouver des moyens authentiques de faire partie de la solution.

Le deuxième sujet que je veux aborder est l’impact de la pandémie du COVID-19 sur nos employés et nos communautés. En cette période d’incertitude concernant la santé personnelle, les perspectives économiques et l’accès à la nourriture, General Mills se consacre plus que jamais à fabriquer des aliments dont le monde a besoin et dont le monde raffole. J’offre mes plus sincères remerciements à chaque membre de l’équipe, client, travailleur de première ligne et entreprise de pairs qui a travaillé sans relâche pour soutenir nos communautés, nos familles, nos amis et nos voisins pendant cette période difficile. Vous avez mis en place un moyen incroyable et sûr d’assurer un approvisionnement alimentaire fiable, et nous vous remercions tous.

Alors que nous abordons le sujet de nos résultats de l’exercice 2020 et de nos objectifs 2021, j’aimerais commencer par quelques messages clés sur la diapositive 5.

Tout au long de l’exercice 2020 avant et pendant la pandémie, nos objectifs les plus importants n’ont pas changé. Ils sont la santé et la sécurité continues de nos employés et notre capacité continue à servir nos consommateurs partout dans le monde. L’exercice 2020 a été une année de défis et de changements importants dans le monde qui nous entoure, et je suis extrêmement fier de la façon dont General Mills s’est adapté et exécuté pour répondre aux changements importants de la demande au quatrième trimestre et offrir des performances exceptionnelles. Fait important, nous avons clôturé l’année en ayant réalisé chacune de nos priorités pour l’exercice 2020 et nous avons dépassé tous les objectifs financiers clés que nous avions fixés il y a un an.

Dans la perspective de l’exercice 21, nous ne fournissons pas d’indications pour nos principales mesures financières en raison de l’incertitude importante dans l’équilibre entre la demande alimentaire à domicile et la demande de produits alimentaires à l’extérieur. Malgré cela, nous avons défini 3 priorités clés qui nous permettront de rester concentrés sur ce que nous pouvons contrôler et nous permettront de fournir des performances compétitives à court terme tout en continuant à faire progresser nos objectifs stratégiques à long terme.

Premièrement, nous concurrencerons efficacement partout où nous jouerons. Nous stimulerons également l’efficacité pour stimuler les investissements dans nos marques et nos capacités. Et troisièmement, nous avons réduit notre endettement pour accroître notre flexibilité financière. Il ne fait aucun doute que la pandémie de COVID-19 a profondément affecté nos activités au cours des derniers mois. Nous avons constaté une augmentation sans précédent de la demande de produits alimentaires à domicile et une diminution correspondante de la demande de produits alimentaires hors du domicile.

Avant le COVID-19, les aliments à domicile représentaient environ 85% de nos ventes nettes et les aliments à l’extérieur, les 15% restants.

Au quatrième trimestre de l’exercice 2020, une demande alimentaire élevée à domicile a accéléré la croissance des ventes nettes, notamment dans notre segment de vente au détail en Amérique du Nord, où une part importante des ventes nettes provient des catégories les plus touchées par les repas à domicile, y compris les repas, pâtisserie et céréales. L’impact de la demande élevée à domicile a été moins prononcé dans notre segment Europe et Australie, reflétant sa plus faible proportion de ventes nettes dans ces catégories.

Le segment des animaux de compagnie a connu une demande accrue au début du quatrième trimestre en raison de l’achat de stocks, qui s’est partiellement déroulé à la fin du trimestre. La baisse de la demande de produits alimentaires hors domicile a réduit la croissance de nos dépanneurs et de la restauration, ainsi que des segments Asie et Amérique latine.

Nous avons mis en œuvre des mesures de sécurité des employés basées sur les directives du CDC et de l’OMS dans l’ensemble de nos installations de la chaîne d’approvisionnement, y compris une bonne hygiène, une distance sociale, l’utilisation de masques et des contrôles de température. À ce jour, toutes nos usines de fabrication sont ouvertes et continuent de fonctionner sans interruption significative.

La forte augmentation de la demande a renforcé l’importance de l’excellence de la chaîne d’approvisionnement, ce qui caractérise General Mills depuis des décennies. Nous avons augmenté l’agilité de notre chaîne d’approvisionnement, notamment en établissant des partenariats avec les clients pour prioriser la production de produits clés afin de réduire les temps d’arrêt et d’augmenter la capacité. Avec la hausse du nombre de consommateurs qui mangent à la maison, nous avons constaté des améliorations générales de la pénétration des ménages pour nos marques, et nous sommes encouragés par les premiers indicateurs qui se répètent. Et nous avons vu beaucoup plus de consommateurs acheter leur nourriture en ligne ces derniers mois.

Nous avons modifié nos plans du quatrième trimestre pour accroître l’engagement avec les consommateurs en ligne, ce qui a entraîné une accélération significative de la croissance de nos ventes en ligne. Notre capacité à nous adapter à ces changements nous a permis de réaliser des performances exceptionnelles au quatrième trimestre, comme vous pouvez le voir sur la diapositive 7. Cela comprenait une croissance de 16% des ventes nettes organiques, une croissance de 24% du résultat opérationnel ajusté à taux de change constant et une croissance de 33% des bénéfice dilué par action ajusté à taux de change constant.

Nous avons renforcé nos activités de plusieurs manières au quatrième trimestre, notamment en augmentant notre agilité, en approfondissant nos relations avec nos clients, en faisant connaître nos marques à de nombreux nouveaux consommateurs, en améliorant notre position concurrentielle dans nos catégories et en investissant de manière significative dans nos employés, nos marques. et nos capacités. Ces changements nous permettent de continuer à produire des résultats solides dans les mois et les années à venir. Il y a un an, nous avons décrit 3 priorités clés qui étaient essentielles à la réussite de l’exercice 20: Accélérer nos ventes organiques, maintenir nos fortes marges et réduire notre endettement.

Je suis heureux de dire que pendant 9 mois, avant que le plein impact de la pandémie ne frappe notre entreprise, nous étions sur la bonne voie pour réaliser chacune de ces priorités. Et avec l’accélération au quatrième trimestre, nous avons finalement dépassé nos attentes pour les trois. Permettez-moi de vous présenter quelques exemples de la façon dont nous avons réalisé nos priorités fiscales 2020 à partir de la diapositive 9. Nous avons commencé l’année en sachant que l’amélioration de la croissance dans le Nord Le segment de la vente au détail en Amérique et la réalisation d’une autre bonne année dans Pet, allaient être essentiels pour accélérer notre croissance organique globale des ventes, et nos deux équipes ont obtenu d’excellents résultats. Notre équipe de vente au détail en Amérique du Nord a réalisé une année vraiment exceptionnelle au cours de l’exercice 20.

Avant COVID-19, nous étions déjà sur la bonne voie pour améliorer la croissance organique des ventes pour l’année. La demande de produits alimentaires à domicile s’était accélérée de façon spectaculaire au quatrième trimestre, les ventes au détail de nos catégories américaines ayant augmenté de 32%, principalement tirées par les catégories des repas, de la pâtisserie et des céréales. Et notre chaîne d’approvisionnement s’est admirablement développée pour répondre à cette demande, en gardant nos marques leaders de confiance devant les consommateurs et en permettant au commerce de détail américain de fournir sa meilleure performance de part de marché sur une année complète en une décennie. Cette performance a été menée par notre unité d’exploitation américaine de repas et de pâtisseries, qui a généré une croissance de 68% des ventes au détail au quatrième trimestre, y compris de solides résultats pour les produits de boulangerie réfrigérés Pillsbury, la soupe Progresso, les collations chaudes Totino, les desserts Betty Crocker et la farine de médaille d’or.

Aux États-Unis, nous avons réalisé une troisième année consécutive de croissance des ventes au détail et renforcé notre position de leader dans la catégorie, gagnant 70 points de base de part pour l’ensemble de l’année. Cette performance est due à la forte construction de la marque, en particulier dans la franchise Cheerios, qui a augmenté ses ventes au détail et sa part de marché au quatrième trimestre grâce au succès de ses messages sur la santé cardiaque.

Et encore une fois, nous avons lancé le top 2 des nouveaux produits de la catégorie pour le trimestre avec une version Avoine et Miel de Cheerios Oat Crunch et Trix Trolls.

En ce qui concerne les collations américaines, nous avons dit que nous allions nous améliorer au cours de l’exercice 20 en mettant l’accent sur les barres et les collations aux fruits, et je suis heureux de dire que nous avons atteint cet objectif. Nous avons généré une croissance de 11% des ventes au détail de collations aux fruits grâce à une capacité accrue et à des actions intéressantes telles que Disney’s Frozen 2. Et nous avons considérablement amélioré notre part de marché des snack-bars tout au long de l’année, y compris une croissance de la part au quatrième trimestre, grâce à une innovation améliorée, merchandising et distribution pour Nature Valley.

Dans le Yogurt aux États-Unis, les ventes au détail de l’exercice 2020 ont diminué de 1%, en grande partie en ligne avec la performance de l’année dernière. Notre cœur de métier s’est très bien comporté, avec une croissance des ventes au détail de 5% sur Yoplait de style original et de 8% sur Go-Gurt.

Notre innovation au second semestre a été particulièrement forte avec le style original Starburst et Oui by Yoplait sans produits laitiers, terminant comme les 2 plus gros nouveaux articles de la catégorie au second semestre. Nous continuons à connaître un déclin dans la queue de notre portefeuille de yaourts, y compris les variétés légères et grecques. Mais avec un noyau solide et une innovation relative, représentant une plus grande proportion de notre portefeuille, nous nous attendons à voir de nouvelles améliorations dans nos ventes de yogourt aux États-Unis à mesure que nous progressons.

Enfin, nous avons remis notre unité d’exploitation canadienne à la croissance grâce à une meilleure exécution sur le marché final, ce qui s’est traduit par 60 points de base de gains d’actions. Comme vous le verrez sur la diapositive 11, l’Amérique du Nord se concentre sans relâche sur l’exécution, associée à notre solide portefeuille de marques de premier plan, a entraîné une croissance de la part de marché dans 9 de nos 10 principales catégories américaines au quatrième trimestre et 7 sur 10 pour le an.

Comme je l’ai mentionné, notre segment Pet a continué de générer une forte croissance au cours de l’exercice 20, les ventes au détail de tous les canaux Blue ayant augmenté à deux chiffres, ce qui s’est traduit par une nouvelle année de gains de parts de marché. Notre fort investissement constant dans la notoriété de la marque et l’éducation des parents d’animaux de compagnie, combiné à notre expansion réussie dans des points de vente supplémentaires de produits alimentaires, de médicaments et de masse ou FDM, a contribué à une augmentation de près de 2 points de la pénétration des ménages. Nous restons ravis d’avoir Blue dans le portefeuille de General Mills et nous sommes enthousiasmés par les opportunités de croissance qui nous attendent pour la marque. Au-delà de l’accélération de la croissance organique, nos 2 priorités supplémentaires pour l’exercice 2020 étaient de maintenir nos fortes marges et de réduire notre endettement.

Comme vous pouvez le voir sur la diapositive 13, nous avons battu ces objectifs. Nous avons augmenté notre résultat opérationnel ajusté de 40 points de base à 17,3% du chiffre d’affaires net. Nous avons réalisé une autre année solide d’économies de gestion holistique des marges à 5% du COGS, réalisé un rapport prix / mix favorable, géré notre administration de manière rentable et capitalisé sur l’effet de levier du volume. Ces efforts ont surmonté une inflation des coûts des intrants de 4%, une augmentation des investissements annuels dans les médias chez les adolescents, des investissements accélérés dans nos capacités mondiales et des coûts de sécurité et d’exploitation supplémentaires dus au COVID-19.

Nous avons fait d’énormes progrès dans la réduction de notre endettement, grâce à la croissance des bénéfices et à une excellente gestion du fonds de roulement. Nous avons clôturé l’année à un taux d’endettement net de 3,2x par rapport au BAIIA ajusté nettement supérieur à notre objectif de l’exercice 2020.

Sur ce, je vais passer à Kofi pour vous présenter nos résultats fiscaux 2020 et nos hypothèses financières 2021. Je reviendrai ensuite à la fin pour souligner nos priorités budgétaires 21 et comment nous avons l’intention de gagner. Kofi, c’est à vous.

————————————————– ——————————

Kofi A. Bruce, General Mills, Inc. – Directeur financier [3]

————————————————– ——————————

Merci, Jeff, et bonjour à tous. Commençons par nos résultats financiers du quatrième trimestre sur la diapositive 15. Les ventes nettes de 5 milliards de dollars ont augmenté de 21%, y compris un avantage d’environ 10 points sur les ventes nettes publiées en raison des différences de calendrier au quatrième trimestre, y compris la 53e semaine et le mois supplémentaire de résultats en notre segment Pet.

Les ventes nettes organiques ont augmenté de 16% au cours du trimestre, y compris l’impact de la demande élevée des consommateurs due à la pandémie COVID-19 ainsi que le mois supplémentaire pour Pet. Le résultat opérationnel ajusté a augmenté de 24% à taux de change constant, principalement en raison de la hausse des ventes nettes, partiellement compensée par la hausse des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux, y compris une augmentation de 39% des investissements dans les médias.

Le bénéfice dilué par action ajusté a totalisé 1,10 $ au cours du trimestre et a augmenté de 33% à taux de change constant, en raison de la hausse du bénéfice d’exploitation ajusté, de la hausse du bénéfice après impôts des coentreprises et d’un taux d’imposition effectif ajusté inférieur, en partie contrebalancé par une augmentation des actions diluées en circulation.

La diapositive 16 résume les composantes de la croissance de nos ventes nettes au cours du trimestre. Le chiffre d’affaires organique est en hausse de 16% avec une croissance de 12% du volume de la livre organique et 3 points de prix / mix organique favorable. Le taux de change a été un frein de 2 points au cours du trimestre et la 53e semaine a contribué pour 7 points à la croissance des ventes nettes.

Passons maintenant aux résultats sectoriels, en commençant par le commerce de détail en Amérique du Nord sur la diapositive 17. Au quatrième trimestre, les ventes nettes organiques ont augmenté de 28%, avec une croissance dans les 5 unités opérationnelles, menée par les repas et la pâtisserie américains et les céréales américaines. Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires organique est en hausse de 6%.

Comme Jeff l’a mentionné, nous avons rivalisé efficacement sur le marché au quatrième trimestre, avec des gains de parts dans 9 de nos 10 principales catégories américaines. Les ventes au détail aux États-Unis au quatrième trimestre ont augmenté de 37%, ce qui était en avance sur la croissance organique des ventes, grâce à une réduction des stocks de clients alors que nos partenaires de vente au détail s’efforçaient de répondre à une demande élevée.

Le bénéfice d’exploitation du segment à devises constantes du quatrième trimestre a augmenté de 69%, principalement en raison d’un volume plus élevé, partiellement compensé par une hausse des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux, y compris une augmentation significative des investissements dans les médias. Et le résultat opérationnel du segment en année pleine a augmenté de 15% à taux de change constant. Les ventes nettes organiques de notre segment Pet ont augmenté de 37% au cours du trimestre. Y compris l’impact d’un mois supplémentaire de résultats au cours du trimestre de cette année, alors que nous avons déplacé le calendrier du segment d’avril à mai pour s’aligner sur notre calendrier d’entreprise et d’autres segments.

La performance des ventes nettes de Pet au quatrième trimestre par rapport à une croissance pro forma de 38% au quatrième trimestre de l’année dernière, portée par une expansion significative de la distribution dans les secteurs de l’alimentation, des médicaments et de la masse.

Au cours de l’exercice 20, les ventes au détail de tous les canaux ont augmenté à deux chiffres, sous l’impulsion d’une croissance significative de FDM. Pour l’ensemble de l’année, les ventes nettes organiques du segment des animaux de compagnie ont augmenté de 18%. En résumé, le bénéfice d’exploitation du quatrième trimestre a augmenté de 23%, grâce à la croissance des ventes nettes, partiellement compensée par la hausse des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux.

Le bénéfice d’exploitation du segment de l’exercice complet a augmenté de 46%, y compris une forte croissance sous-jacente ainsi que la comparaison avec un ajustement des stocks de 53 millions de dollars de comptabilité d’achat il y a un an. Passons aux dépanneurs et aux services alimentaires sur la diapositive 19.

Les ventes organiques ont diminué de 29% au cours du trimestre, sous l’effet d’une demande considérablement réduite dans les canaux hors domicile. Nous avons constaté une diminution du trafic piétonnier sur les principaux canaux avec une baisse significative du trafic à deux chiffres dans les écoles, les hébergements et les restaurants. Et les magasins de proximité ont également connu une baisse à deux chiffres du trafic piétonnier. Nous restons compétitifs malgré le ralentissement de la demande de canaux. En fait, nous avons augmenté notre part de marché dans nos principaux canaux mesurés au quatrième trimestre. Et sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires organique est en baisse de 9%. Le résultat opérationnel sectoriel a baissé de 67% au cours du trimestre et de 20% sur l’ensemble de l’année, en raison de la baisse des ventes nettes.

En Europe et en Australie, les ventes de produits biologiques au quatrième trimestre ont augmenté de 4%, principalement en raison de l’augmentation de la demande d’aliments à domicile pour nos catégories d’aliments et de pâtisseries mexicaines. En partie contrebalancé par la baisse des chaînes hors domicile. Comme Jeff l’a mentionné plus tôt, étant donné que la composition de notre portefeuille dans ce segment comprend environ 40% des ventes nettes de yogourt, des activités importantes dans les crèmes glacées et les snack-bars et près de 10% des ventes nettes aux canaux de restauration, l’impact de la nourriture à domicile élevée la demande était considérablement inférieure à celle de notre segment de vente au détail en Amérique du Nord, qui représente une part beaucoup plus importante des ventes nettes dans les catégories des repas, de la pâtisserie et des céréales.

En termes de performance sur le marché au quatrième trimestre, les ventes au détail ont augmenté à deux chiffres pour les produits mexicains de cuisine, de crème glacée et de boulangerie et ont augmenté à un chiffre moyen pour le yogourt. Sur l’ensemble de l’année, les ventes nettes bio en Europe et en Australie sont en baisse de 1%. Le résultat opérationnel du quatrième trimestre a baissé de 14% à taux de change constant, en raison de la hausse des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux, partiellement compensée par une hausse des ventes nettes.

Le bénéfice d’exploitation du segment à taux de change constant de l’année a diminué de 3%, en raison de la hausse des coûts des intrants et de la baisse des volumes, partiellement compensés par un mix de prix positif. En Asie et en Amérique latine, le chiffre d’affaires organique du quatrième trimestre a reculé de 7%. Dans [EMEA], les ventes nettes ont baissé à deux chiffres, grâce à la réduction du trafic dans les points de vente Foodservice des magasins Häagen-Dazs. Ce vent contraire a été partiellement compensé par une croissance à deux chiffres des ventes nettes de boulettes de Wanchai Ferry en Chine.

Surtout, nous avons vu le trafic dans nos magasins chinois s’améliorer au cours du quatrième trimestre, passant de 90% d’une année sur l’autre en février à environ 15% en mai.

Les ventes nettes en Amérique latine ont augmenté à un chiffre au milieu du trimestre, grâce à une croissance à deux chiffres de Yoki, des repas et des collations au Brésil. Sur l’ensemble de l’année, en Asie et en Amérique latine, le chiffre d’affaires organique est en baisse de 2%.

Le bénéfice d’exploitation sectoriel du quatrième trimestre a reculé de 47 millions de dollars pour s’établir à 24 millions de dollars, en raison de la baisse des ventes nettes des activités à plus forte marge du segment ainsi que de la hausse des frais de vente et d’administration. Il convient de noter que les magasins Häagen-Dazs ont une structure de coûts fixes importante et nous prévoyons que les marges bénéficiaires du segment s’amélioreront à mesure que les économies rouvriront et que le trafic des magasins sera rétabli. Pour l’ensemble de l’année, le résultat opérationnel sectoriel a diminué de 73% à taux de change constant.

La diapositive 22 résume les résultats de notre coentreprise au quatrième trimestre. Cereal Partners Worldwide a affiché une croissance de son chiffre d’affaires pour le septième trimestre consécutif, avec des ventes nettes en devises constantes en hausse de 13%, y compris l’impact de l’augmentation de la demande alimentaire à domicile due à la pandémie. La croissance de CPW a été généralisée, menée par le Brésil, le Royaume-Uni, l’Australie et la région d’Europe continentale. CPW a continué d’être compétitive, notamment en gagnant des parts de marché dans sa région d’Europe continentale et au Brésil. Le chiffre d’affaires de Häagen-Dazs Japon a reculé de 13% à taux de change constant, sous l’effet d’une baisse des volumes.

Le bénéfice combiné après impôts des coentreprises du quatrième trimestre a totalisé 34 millions de dollars, en hausse de 68% par rapport à il y a un an, principalement en raison de la croissance du volume de CPW, du prix / mix positif et du phasage des investissements dans la marque.

Passons aux résultats de marge totale de l’entreprise. La marge brute ajustée du quatrième trimestre a augmenté de 80 points de base grâce à un rapport prix / mix favorable, y compris une croissance à partir d’une marge plus élevée dans les segments de la vente au détail et des animaux de compagnie en Amérique du Nord et de fortes économies HMM qui ont plus que compensé l’inflation COGS partiellement compensée par l’augmentation des coûts de la chaîne d’approvisionnement liée au COVID-19 .

La marge brute ajustée de l’année a également augmenté de 80 points de base. La marge bénéficiaire d’exploitation ajustée au cours du trimestre a augmenté de 40 points de base, tirée par l’augmentation de la marge brute ajustée, partiellement compensée par la hausse des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux, y compris les investissements dans les médias.

Comme Jeff l’a mentionné, la marge opérationnelle ajustée de l’exercice a augmenté de 40 points de base à 17,3% du chiffre d’affaires. La diapositive 24 résume d’autres éléments importants du compte de résultat du quatrième trimestre. Les frais généraux non attribués, y compris certains éléments ayant une incidence sur la comparabilité, ont augmenté de 91 millions de dollars au cours du trimestre en raison de la hausse des charges de rémunération et d’avantages sociaux.

Les intérêts débiteurs nets ont diminué de 6 millions de dollars, en raison de la baisse des soldes moyens de la dette. Le taux d’imposition effectif ajusté pour le trimestre était de 19,1% contre 20,6% il y a un an, en raison de certains avantages fiscaux distincts au cours de l’exercice 20 et d’une combinaison plus favorable des bénéfices par marché. Et les actions diluées moyennes en circulation étaient de 1% au cours du trimestre.

Nos résultats financiers annuels sont présentés dans la diapositive 25. Les ventes nettes de 17,6 milliards de dollars ont augmenté de 5%, dont environ 2,5 points de croissance grâce à la combinaison de la 53e semaine et du mois supplémentaire pour le segment des animaux de compagnie.

Les ventes nettes organiques ont augmenté de 4%, dont une croissance estimée à 3 points sous l’effet du COVID-19. Le résultat opérationnel ajusté de l’année s’élève à un peu plus de 3 milliards de dollars, en hausse de 7% à taux de change constant, porté par une hausse des ventes nettes, partiellement compensée par une hausse des frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux, y compris une augmentation de 15% des investissements dans les médias.

Le bénéfice dilué par action ajusté de l’exercice 20 de 3,61 $ a augmenté de 12% à taux de change constant, principalement en raison de la hausse du bénéfice d’exploitation ajusté, de la baisse des intérêts débiteurs nets, d’un taux d’imposition effectif ajusté plus bas, du revenu des régimes d’avantages sociaux plus élevé et de la JV ajustée après impôts plus élevée bénéfice en partie contrebalancé par la hausse moyenne des actions diluées en circulation.

Passons au bilan et aux flux de trésorerie. Les flux de trésorerie d’exploitation de l’exercice ont totalisé 3,7 milliards de dollars, en hausse de 31% par rapport à l’année précédente, principalement en raison de [current] actifs et passifs liés au fonds de roulement de base. Ainsi que des bénéfices nets plus élevés. L’augmentation du flux de trésorerie d’exploitation comprenait à la fois des améliorations structurelles et des avantages de calendrier liés aux augmentations de volume liées au COVID-19 au quatrième trimestre.

Nous prévoyons que ces avantages liés au calendrier se dissiperont largement au cours de l’exercice 21. Notre solde de fonds de roulement de base a totalisé un montant négatif de 206 millions de dollars, en baisse de 591 millions de dollars par rapport à il y a un an, en raison de l’augmentation des comptes fournisseurs en raison de la prolongation continue des conditions et de l’augmentation des dépenses liées à la demande de services, ainsi que de la baisse des soldes de stocks découlant des efforts de réduction continus et de la satisfaction de la demande au quatrième trimestre. Nous prévoyons que la partie des améliorations du fonds de roulement de base liées à la demande élevée au quatrième trimestre se relâchera largement au cours de l’exercice ’21.

Les investissements en immobilisations pour l’exercice 20 ont totalisé 461 millions de dollars. Le flux de trésorerie disponible pour l’année complète a totalisé 3,2 milliards de dollars, en hausse de 42% par rapport à l’an dernier. Et la conversion du cash-flow libre a été de 143% pour l’année entière. Cette solide performance des flux de trésorerie disponibles nous a permis de verser 1,2 milliard de dollars de dividendes, de réduire la dette de près de 1 milliard de dollars et de terminer l’année avec un ratio d’endettement de 3,2x la dette nette sur l’EBITDA ajusté, ce qui était bien supérieur à notre objectif initial de 3,5x.

Passons à l’exercice 21. Nous avons présenté certaines des principales hypothèses principales dans la diapositive 27. Le facteur le plus important qui aura une incidence sur notre rendement cette année sera l’équilibre relatif entre la demande de produits alimentaires à domicile et à l’extérieur de la maison. Cet équilibre sera déterminé par des facteurs tels que la capacité et la volonté des consommateurs de manger dans les restaurants, la proportion de personnes travaillant à domicile, la réouverture des écoles et l’évolution des niveaux de revenus des consommateurs. Bien que la pandémie ait considérablement influencé chacun de ces facteurs au cours des derniers mois, l’ampleur et la durée de son impact futur restent très incertaines. Nous prévoyons que les préoccupations des consommateurs concernant la transmission du virus COVID-19 et le potentiel d’une récession prolongée entraîneront un certain niveau de demande alimentaire élevée chez eux cette année par rapport aux niveaux pré-pandémiques.

Nous suivons des facteurs tels que le niveau de contrôle des virus et le potentiel de résurgence, la disponibilité d’un vaccin, la croissance du PIB, les taux de chômage, la confiance des consommateurs et la croissance des salaires pour évaluer le niveau et la durée de cette demande alimentaire élevée au pays. Une considération que nous savons avec certitude est que les différences de calendrier, à savoir la comparaison avec la 53e semaine et le mois supplémentaire de Pet, se traduisent par le quatrième trimestre de l’exercice 20 et réduiront la croissance du chiffre d’affaires net de l’exercice 21 d’environ 2,5 points.

Entre les différences de calendrier et la forte augmentation de la demande que nous avons observée au dernier trimestre, nous prévoyons une baisse sensible des ventes nettes du quatrième trimestre de F ’21 d’une année à l’autre. Nous avons présenté certaines hypothèses financières importantes pour l’exercice 21 dans la diapositive 28. Nous prévoyons que cette année sera dynamique et nous devrons maintenir notre agilité pour répondre à la demande et gérer nos dépenses. Notre objectif est de maintenir les marges à peu près conformes aux niveaux de l’exercice 20. Nous prévoyons de réaliser des économies HMM d’environ 4% du coût des marchandises, tandis que l’inflation des coûts des intrants devrait totaliser environ 3% du COGS.

Nous prévoyons également engager des coûts supplémentaires significatifs pour répondre à une demande élevée, et nous prévoyons d’intensifier davantage les investissements dans le renforcement de la marque et les capacités de croissance.

En deçà de la ligne, nous prévoyons des intérêts débiteurs nets d’environ 430 millions de dollars et un taux d’imposition effectif ajusté à peu près conforme à notre taux de l’exercice 20. Et les actions diluées moyennes en circulation pour l’année complète augmenteront d’environ 1%.

Et comme Jeff l’a mentionné, nous prévoyons de faire de nouveaux progrès dans la réduction de notre ratio dette nette / EBITDA ajusté.

Sur ce, je remettrai la parole à Jeff pour clore nos remarques préparées avec nos priorités budgétaires 21.

————————————————– ——————————

Jeffrey L. Harmening, General Mills, Inc. – Président-directeur général [4]

————————————————– ——————————

Merci, Kofi. Permettez-moi de réitérer nos principales priorités pour l’exercice 21, décrites dans la diapositive 29. Premièrement, alors que la demande des consommateurs dépendra largement de facteurs externes, nous nous concentrerons sur ce que nous pouvons contrôler, à savoir, être compétitifs partout où nous jouons. Nous prévoyons que continuer à démontrer une exécution supérieure entraînera une pénétration accrue de la marque, des niveaux de service compétitifs, un renforcement des partenariats avec les clients et des gains de parts de marché dans nos catégories clés. Deuxièmement, nous stimulerons l’efficacité pour stimuler les investissements, en tirant parti de nos initiatives HMM et de nos leviers de volume pour financer l’augmentation des dépenses sur nos marques et nos capacités, un coût de service plus élevé et des dépenses de santé et de sécurité plus élevées.

Enfin, nous réduirons notre endettement pour accroître notre flexibilité financière. Pour réaliser nos priorités de l’exercice 21, nous devrons nous concentrer sur l’ensemble de l’entreprise dans plusieurs domaines clés, notamment le renforcement de la marque, l’innovation et les capacités stratégiques. La création d’une marque audacieuse est la pierre angulaire d’une entreprise de produits de consommation, et nous prévoyons au cours de l’exercice 21 de faire progresser nos efforts pour rencontrer les consommateurs là où ils sont avec des marques ciblées. Par exemple, nous nous appuierons sur la réussite de notre campagne Cheerios Heart qui présente les bienfaits pour la santé cardiaque de Cheerios grâce à un marketing convaincant et à un merchandising en magasin.

Pour la pâte à biscuits réfrigérée Pillsbury, nous rénovons toute la gamme pour qu’elle puisse être consommée crue sans danger. Nous sensibiliserons les consommateurs à cette nouvelle passionnante grâce aux médias et au soutien en magasin dès cet été.

Chez Pet, nous continuerons d’investir dans notre marque Blue pour accroître la pénétration des ménages grâce à la publicité comparative et décisionnelle. Et nous lançons une nouvelle publicité pour renforcer la notoriété de notre portefeuille de friandises.

Et notre Häagen-Dazs, notre nouvelle campagne mondiale “ ne vous retenez pas ” est conçue pour encourager les consommateurs à créer un nouveau type de moment extraordinaire en lâchant prise et en étant vraiment présent tout en profitant de la qualité supérieure de la crème glacée Häagen-Dazs.

Se tourner vers l’innovation. Je nous ai vus bouger et innover plus rapidement que jamais ces derniers mois. Au cours de l’exercice 21, nous continuerons d’innover dans tous les aspects de nos activités. Nos entreprises existantes, création de nouvelles affaires, comment nous travaillons et comment nous allons sur le marché. Même dans une période d’incertitude, nous savons que les nouvelles et l’innovation des consommateurs restent essentielles pour notre entreprise. Nous prévoyons donc de commercialiser de nouveaux produits de haute qualité cette année, même si la quantité peut être inférieure à celle des années passées. Par exemple, aux États-Unis Snacks, nous lançons une nouvelle barre énergétique soutenue Nature Valley, à base de noix, de graines et de fruits et disponible sur les variétés de beurre d’amande et de myrtille et de beurre d’arachide et de canneberge.

Aux États-Unis, nous avons un certain nombre de nouveaux produits qui arriveront sur le marché au cours du premier semestre, y compris le yogourt Ratio keto, un yogourt céto-friendly avec 1 gramme de sucre, 2 grammes de glucides, 15 grammes de protéines et 15 grammes de matières grasses disponibles. en 5 saveurs différentes, y compris la fraise, la cerise noire et la noix de coco. En Europe et en Australie, nous lançons les poches de tortillas Old El Paso, soutenues par la campagne «Ce n’est pas sorcier, c’est de la science de poche». Apporter plus de commodité et de plaisir à la catégorie et encourager les consommateurs à ajouter une autre soirée tacos à leur routine.

Chez Pet, nous continuerons à bénéficier de nouveaux produits comme [CatBurst] qui a été lancée au cours des 3 derniers mois, et nous attendons avec impatience une gamme d’innovations passionnantes au deuxième semestre axée sur l’élargissement de notre portefeuille de produits alimentaires humides et de friandises. Et nous avons de l’innovation dans de nombreuses autres catégories, y compris de nouvelles variétés de Cheerios et Lucky Charms, des versions premium de Wanchai Ferry Dumplings, une nouvelle gamme de soupes de garniture Progresso, des petits pains à la cannelle Pillsbury Heat and Eat, des variétés de fruits décadentes Häagen-Dazs et de nouvelles (inaudible ) ligne de collations chaudes de Totino et bien d’autres.

En plus de la création de marque et de l’innovation, nous prévoyons de tirer parti de notre échelle tout au long de l’exercice fiscal 21 grâce à des capacités d’entreprise telles que le commerce électronique, les données et l’analyse, le HMM, la gestion stratégique des revenus et la sécurité et la qualité des aliments qui créent des avantages concurrentiels pour General Mills. Par exemple, nous avons généré une croissance de près de 50% des ventes nettes de commerce électronique au cours de l’exercice 20, y compris une croissance accélérée au quatrième trimestre, les consommateurs se tournant de plus en plus vers ce canal pour leurs besoins d’achat.

Nous avons pivoté pour rencontrer les consommateurs là où ils faisaient leurs achats en adaptant le contenu à nos sites Web alimentaires, tels que bettycrocker.com, afin d’encourager l’éducation culinaire et de stimuler les ventes en ligne.

Nous nous inspirerons de cela au cours de l’exercice 21 en investissant davantage dans le commerce électronique et en adaptant nos plans de croissance.

Comme nous l’avons partagé à CAGNY en février, nous investissons également dans les données et l’analyse, en construisant une équipe dédiée avec des compétences uniques pour débloquer des opportunités significatives axées sur les données pour notre entreprise.

Au cours de l’exercice 21, nous utiliserons des outils pour améliorer nos capacités d’approvisionnement mondiales et accroître l’efficacité des achats. Nous utiliserons l’analyse pour amplifier nos efforts de gestion stratégique des revenus afin de débloquer des opportunités de prix / mix. Et nous exploiterons les données pour personnaliser notre communication et nos offres aux consommateurs, notamment en utilisant nos boîtes récemment numérisées pour la campagne d’éducation.

Je terminerai nos remarques d’aujourd’hui par quelques réflexions. Je suis fier de la façon dont nous avons continué à nous concentrer sur nos employés et nos consommateurs et que nous avons réalisé une exécution supérieure, ce qui a conduit à une année exceptionnelle au cours de l’exercice 20. Et nous avons établi des priorités pour l’exercice 21 qui garantiront une performance concurrentielle à court terme tout en continuant de faire progresser nos objectifs à long terme.

En résumé, je suis convaincu que General Mills sortira de la pandémie, une entreprise plus forte en mesure de générer une croissance cohérente et rentable et [term] retours pour nos actionnaires.

Merci pour votre temps ce matin. Ceci conclut nos remarques préparées. Je vous invite à écouter notre webémission de questions-réponses en direct, qui débutera ce matin à 8 h 00, heure centrale, et sera disponible pour rediffusion sur generalmills.com.

bob

Articles similaires

Read also x